« Il n’est de richesse ni de force que d’hommes »
Jean Bodin (1530-1596)

Les SES contre-attaquent…
par Alain BONNEVILLE

lundi 28 janvier 2008.

L’hydre des sciences économiques et sociales est de retour ! Des médias ont relayé le discours de quelques libéraux n’ayant qu’une vision restrictive du monde, ignorant l’esprit critique et ne voulant en définitive que faire parler d’eux.
Il en est de même de ceux critiquant la pensée unique tout en prônant une pensée unique.
Mais critiquer la filière ES, l’enseignement des sciences économiques et sociales ou les manuels de SES n’est-il pas au contraire un moyen de reconnaître la légitimité de cette science sociale. La conception actuelle des SES serait-elle trop dérangeante ? Redoutrait-on que les jeunes acquièrent un esprit critique ou qu’ils soient incapables de discernement envers le discours de l’enseignant ?
Il est bon de rappeler que le bac ES n’a pas vocation à préparer les jeunes au monde du travail, ni de proposer comme seul débouché les sciences économiques. C’est l’objectif des études post-bac de préparer les jeunes à l’accès au marché du travail.
L’enseignement des sciences économiques et sociales est un enseignement pluridisciplinaire devant permettre aux jeunes de comprendre d’une société et de s’interroger sur les grands sujets de notre monde contemporain et sur la société dans laquelle ils vivront demain. Le développement de l’entreprise « libérale », la logique financière, la mondialisation… doivent-ils nous rendre fatalistes ? Devrons-nous vivre demain dans un monde monolithique où toutes les différences culturelles n’existeront plus ?
Cela étant dit, la question du contenu des manuels de SES apparait dès lors moins cruciale. Sans doute, tout manuel est-il perfectible mais n’appartient-il pas à l’enseignant d’apporter un éclairage différent ou complémentaire, d’exploiter les textes. Le manuel n’est qu’un support parmi d’autres.
Certes, enseigner les SES est un exercice délicat dans la mesure où chaque enseignant a son histoire qui l’amène à une perception particulière de la réalité sociale. Même le recours à une démarche scientifique n’est pas une garantie de totale objectivité puisqu’on peut être tenté de vérifier ce que l’on pense vrai. Les mathématiques sont un outil donnant l’apparence de la rigueur.
Les sciences économiques et sociales doivent donc être défendues et être accessibles au plus grand nombre.

Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 450218

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2b + ALTERNATIVES

Creative Commons License